Dernier jour à Copenhague, dernier billet de ce blog

Bonjour, aujourd’hui est mon dernier jour a Copenhague.

Ces deux semaines auront été très riches, j’ai pu rencontrer beaucoup d’acteurs intéressants. Cela m’a permis de mieux comprendre le fonctionnement et les rouages de ce type de conférence internationale. J’ai pu aussi parler du travail d’Initiative Développement dans le domaine de l’énergie mais pas uniquement car l’adaptation au changement climatique nécessite des projets d’éducation, d’accès a l’eau, de renforcement de l’agriculture, des domaines dans lesquels ID travaille depuis longtemps.

Cette nuit les présidents de toutes les nations devraient arriver à un accord. Les nouvelles ne sont pas très bonnes cependant et beaucoup craignent une simple déclaration politique à minima et un énième report des prises de décisions concrète qui s’imposent.

On ne peut donc que constater que malgré toutes les pressions de la société civiles cela n’a pas suffi à sceller un accord Juste Ambitieux et Contraignant. Il va donc falloir continuer à se battre pour une vraie justice climatique maintenant afin que les responsables du changement climatique aident ceux qui vont le plus en souffrir.

CLIMATE JUSTICE NOW ! Nous resterons sur ce slogan dont la réalité est encore éloignée mais pour lequel nous agissons sur le terrain...

Olivier

16 décembre à Copenhague, le monde entier met les pieds au mur

Bonjour,

Aujourd’hui les négociations n’ont que peu avancé. Les pays industrialisés campent sur leur position : l’union européenne est restée sur sa cible de 20% de réduction de gaz à effet de serre alors que les Etat Unis font tout pour freiner les négociations. Les pays de AOSIS tiennent ferme leur position et exigent un accord légalement contraignant bien que cela paraisse de plus en plus improbable… Certains continuent à espérer que tous va s’arranger avec la venue des chefs d’Etats alors que d’autres cèdent au pessimisme.

La présidence de la COP a changé, M. Hedegaard a été remplacée par le premier ministre danois, elle avait en effet des méthodes un peu brusque qui n’étaient pas vraiment compatibles avec le rôle qu’elle avait à jouer.

A nouveau, le groupe climat de Coordination Sud (auquel je participe) a rencontré l’Agence Française de Développement ainsi que le Fond Français pour l’Environnement Mondial. La France soutient la mise en place de mécanismes de financement innovants (taxe sur les transactions financières, taxe sur les carburants maritime et aérien) afin d’assurer le financement a long terme de l’adaptation des pays du sud. On reste toujours dans le flou sur l’argent qui sera disponible très rapidement. Viendra-t-il vraiment s’ajouter à l’aide déjà apportée aux pays du Sud ?

Quant à moi, c’était mon dernier jour au Bella Center car demain je ne pourrai pas rentrer à cause des limitations d’accès. A partir de demain, j’irai donc au forum parallèle Klimaforum d’où l’on peut apparemment suivre les négociations sur grand écran. L’ambiance devrait être un peu différente de là-bas…

Olivier

p.s. ne manquez pas la lecture des Echos de Copenhague, ci-joint!!!
 

 
15 décembre à Copenhague. Les ONG hors du Bella center alors que la fin des négociations approche

Bonjour,

Aujourd'hui j'ai rencontré des élus des la région Poitou Charente. Nous avons discuté des projets d'ID en Chine ainsi que du secteur des énergies renouvelables en général. Cet échange fut d’autant plus intéressant de par le fait que la région Poitou Charente travaille notamment au Sénégal sur un projet de fours améliorés, un domaine dans lequel ID prépare aussi un projet en Chine.

J'ai consacré le reste de ma journée à la rédaction du bulletin des "Echos de Copenhague" qui devrait sortir demain.

Du côté des négociations proprement dites, l'ambiance est toujours électrique au Bella Center. Les ONG ont beaucoup critiqué les restrictions d'accès qui vont avoir lieu d'ici la fin de semaine et réduire considérablement la transparence de cette fin de négociation alors c’est ces prochains jours que tout va finalement se décider.


Voila pour aujourd'hui,

à demain !
Lundi 14 décembre A Copenhague, la pression monte sur les négociations

La pression est montée d’un cran aujourd’hui au Bella Center. Avec l’arrivée des ministres demain, les textes doivent être prêts et les négociations vont probablement se poursuivre tard dans la nuit. On pouvait presque sentir la tension et le stress aujourd’hui.

De plus en plus de monde veut assister aux débats et ce matin la queue a été très importante. Certaines personnes se sont faites rejeter après plusieurs heures d’attente même si elles avaient une accréditation.
Les mesures de sécurités vont s’amplifier, mardi et mercredi, alors que 7000 observateurs (ONG) vont se présenter aux portes. Jeudi ce sont seulement 1000 observateurs qui seront autorisés à entrer et ce nombre sera finalement réduit à 90 vendredi. Je ne pourrai donc plus assister en direct aux négociations à partir de jeudi. Il restera ceci dit beaucoup d'autres endroits dans la ville de Copenhague où je pourrai continuer à faire des rencontres, sans compter que les activités de notre groupe d'ONG (le Groupe Changement Climatique de Coordination Sud) continuent activement.

Un texte a été proposé par le président de séance (M. Cutajar) et il a été relativement bien accepté car il reprend les idées de toutes les parties est reste donc ouvert. Il reste cependant très général et doit être complété par des apports plus techniques. Les différentes alternatives seront tranchées par les ministres puis les chefs d’Etat.

Demain mardi, je rencontre une délégation d'élus de Poitou Charente pour leur faire connaitre ID et notre expertise en matière de montage et de gestion de projet de développement, en matière d'énergies renouvelables et de finance carbone. Étant donné les domaines d'actions de la Région en matière de coopération internationale, je pense que nous avons pas mal à échanger voire à faire ensemble dans le futur !

A très bientôt

Olivier

p.s. vous trouverez également ci-dessous le communiqué de presse de Coordination Sud, après une semaine de négociations
Les échos de Copenhague n°2

Le numéro deux des Echos de Copenhague auquel j'ai contribué vient de paraître, je vous invite à le lire et vous dis à très bientôt

Olivier
 

 
L'arène des négociations à Copenhague

Aujourd’hui dimanche, les négociateurs se reposent (tout comme moi !) et se préparent pour la semaine prochaine qui sera surement très intense… J'en profite pour vous expliquer comment se déroulent concrètement les négociations.

Il faut d'abord savoir qu'il y a deux processus de négociations parallèles : les discussions autour du Protocole de Kyoto (qui n'a pas été ratifie par les Etats-Unis) et les discussions qui découlent de la conférence de Bali (avec les Etats-Unis). Ces deux groupes avancent simultanément mais il faut trouver un moyen de les faire fusionner. Certains souhaitent refaire quelque chose de nouveau alors que les autres militent pour que le protocole de Kyoto subsiste avec quelques adaptations.

Par ailleurs il y a plusieurs groupes thématiques : sur les objectifs de réduction de Gaz à Effet de Serre, sur les mécanismes pour l’adaptation au changement climatique, sur les transferts de technologies, les financement, la reforestation... Ces groupes se réunissent périodiquement en conférence plénière, le langage est alors plutôt diplomatique (ces réunions sont ouvert a tous). Mais les véritables négociations ont lieu dans les groupes de travail réservés aux seules délégations officielles des pays.

Enfin des événements sont aussi organisés dans le Bella Center par des ONG ou par les délégations de certains pays, ces "side events" sont très variés, ils concernent toutes les problématiques liées au climat, aux actions de lutte et d'adaptation au réchauffement climatique, aux projets d'ONG, de pays... Pour aller à ces "side events" il faut être accrédité. Mais il y a aussi un nombre incroyable d’événements organisés dans la ville a Copenhague et qui sont ouverts à tous, il m'est difficile de les décrire et encore plus de participer à tous !

Ce weekend, les médias ont beaucoup parlé des manifestations qui contribuent à peser sur le résultat des négociations. On a aussi beaucoup parlé des actes marginaux des casseurs, mais il ne faudrait pas que cela occulte tout le reste.

N'hésitez pas à réagir à mes billets à l'adresse id.chine@id-ong.org

A très bientôt,

Olivier
De Copenhague, le 11 décembre - les Etats ne s'engagent pas suffisamment...

Bonjour, aujourd'hui n'a pas vu d'avancées majeures dans les débats.

Les espoirs d'avancées significatives de la part de l'Europe n'ont pas abouti, celle-ci reste à un objectif de 20% de réduction des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, ce qui n'est pas suffisant pour enrayer vraiment le réchauffement climatique et montrer au monde une position volontariste. Par ailleurs, malgré l'insistance de la France il n'y a eu non plus pas d'avancée significative sur la façon de prendre en compte le rôle des forêts dans la lutte contre le changement climatique pour les pays du Nord.

Une promesse de financement rapide a néanmoins été annoncée: 2,4 milliards de dollars par l'Europe pour les années 2010, 2011 et 2012. Ceci est cohérent avec les 7 milliards d'euros par an promis à l'échelle mondiale pour aider les pays en développement à définir leur plan de lutte contre le changement climatique.
Les État-Unis n'ont toujours pas annoncé de financements car ils continuent leur bras de fer avec la Chine. Le Canada a toujours les objectifs les plus bas de réductions de gaz a effet de serre des pays développée...

Sinon Copenhague se prépare à accueillir une marée de manifestants ce weekend, plusieurs dizaine milliers de personnes sont attendues. Espérons que cela mettent suffisamment de pression sur nos négociateurs pour débloquer la situation.

Le deuxième bulletin des échos de Copenhague sera publié demain.

Voilà, à demain donc, avec j'espère de meilleures nouvelles...

Olivier

PS : si vous avez des questions à me poser sur le sommet, son déroulement... envoyez vos mails à l'adresse id.chine@id-ong.org
10 décembre 2009 - A Copenhague, Tuvalu et les îles du Pacifique en témoins

Aujourd'hui nous avons discuté avec l'Agence Française de Développement de leur position : les points qu'ils ils appuient, l'influence que l'accord de Copenhague pouvait avoir sur leur travail... etc. Nous avons pu avoir des précisions sur la façon dont la France envisage de gérer l'argent disponible dès 2010 pour aider les pays en développement à se préparer au nouvel accord de 2013. Nous avons aussi abordé le mécanisme que propose l'AFD pour gérer le financement du climat: ils proposent de partir de la base des structures financières déjà existantes, ils proposent une structure qui pourrait être plus décentralisée et participative que si l'on créait un nouveau fond et tout l'attirail administratif que cela demande.

Tuvalu, petite île du Pacifique menacée par la montée des eaux, a eu le courage de se dissocier du G77 pour demander que l'on ne se résigne pas un accord politique mais que l'on reprenne les discussions sur la possibilité de faire un traité légalement contraignant. Sa position, dictée par le fait que le changement climatique est une question de survie pour ces petites îles n'a malheureusement pas été suivie.

Sur le chapitre de la lutte contre la déforestation, on a plutôt reculé, car l'objectif chiffré de 20% de réduction a disparu des textes... La France a une position plutôt positive sur le sujet de la comptabilisation carbone de l'utilisation du foncier (forêt, agriculture) car elle propose de prendre comme référence l’année 1990 plutôt qu'un scénario tendanciel comme le proposent les pays nordiques. En outre, la Pologne continue à bloquer le passage des pays européens de 20% à 30% de réduction de gaz à effet de serre. Restent des incertitudes quant à la possibilité d’additionner l’aide publique au développement (APD) d’une part au soutien public à la lutte contre le changement climatique dans les pays du Sud (210 milliards de dollars par an d’ici 2020) d’autre part. Ce point est très important et est défendu notamment par le groupe climat de Coordination Sud (voir le document de position ci-dessous).

Pour résumer, les négociations avancent mais ils reste peu de temps dans des négociations très techniques avant l'arrivée des ministres puis des chefs d'Etats. Espérons que les enjeux qui pèsent sur les épaules des négociateurs leur permettent d'arriver à abattre les barrières qui demeurent.

Ce soir été aussi l'occasion d'une rencontre-débat entre des ONG de développement françaises et d'Amérique latine, le Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID), le Réseau action climat (RAC) et un membre de la délégation officielle du Tuvalu qui a fait une témoignage émouvant. L’Ambassadrice de France a ouvert les débats, qui ont été suivis par une réception à l'ambassade. Durant les débats, les questions de l'adaptation des pays du sud et des réfugiés climatiques ont notamment été abordées.

Olivier
 


9 décembre 2009 - Le rythme effréné de Copenhague

J'ai commencé par une réunion de discussion avec le groupe Climat de Coordination sud. Je suis ensuite allé assister a une autre conférence sur les transferts de technologies avant d'assister à la nouvelle production de Yann Arthus Bertrand, "6 Milliards d'autres" à l'Institut Danois du Film. Je suis rentré un peu tard mais ai pu rencontrer des gens intéressants.

Demain le programme s'annonce très riche: rendez-vous avec l'Agence Française de Développement, rencontres de plusieurs autres ONG... et finalement réception débat à l'Ambassade de France au Danemark.

Difficile de suivre le rythme ! Promis, demain soir je ferai un compte rendu plus riche.

Je vous conseille de lire le bulletin Les Echos de Copenhague, coécrit par les ONG du Groupe Climat auquel je participe.

A demain !

Olivier
8 décembre 2009 - Les rencontres et découvertes du jour à Copenhague

Aujourd'hui a été plus calme en terme de rencontres. Je me suis focalisé sur les rencontres avec l’équipe d’Action Carbone de la fondation GoodPlanet ainsi qu'avec le groupe Climat Coordination SUD.

Avec GoodPlanet, nous avons discuté de nos projets en cours, notamment le suivi des 1300 réservoirs à biogaz construits et dont le "Project Design Document" vient d’être validé par le Gold Standard. Nous avons aussi évoqué les futurs projets d’ID en Chine en matière d’énergies renouvelables.

Avec Coordination SUD, j'ai assisté une conférence de 3 heures sur le transfert de technologies. Nous avons aussi eu deux réunions de coordination dont une avec le RAC (Réseau Action Climat) qui ont été intéressantes.

Enfin, j'ai pu suivre un "side event" par Wangari Maathai, prix Nobel de la paix pour les projets de reforestation qu'elle a lancés en Afrique ainsi qu’un autre "side event" sur le projet qu’a la Chine de réduire son "intensité carbone" de 45% d'ici 2020.

Voilà pour aujourd’hui !

Olivier
7 décembre 2009 - Arrivée d'Olivier à Copenhague

Bonjour !

un bref compte rendu d'une première journée plus que remplie !

J'ai attendu jusqu'à 14H30 pour pouvoir finalement avoir un badge et entrer dans le centre où j'ai commencé par rencontrer deux anciens du Ministère de la coopération, qui ont une grande expertise dans le domaine du biogaz. J’ai retrouvé sur place l’équipe d’Action Carbone, du GERES avec qui nous avons commencé à échanger, rendez-vous est déjà pris pour les jours à venir…

J’ai fait la connaissance de Jeroen van Bruggen du SNV Laos dont Christophe avait visité le projet début novembre. Il y a avait aussi une jeune Chinoise qui étudie aux Etats-Unis et qui s'intéresse aux liens entre migrations saisonnières et énergies renouvelables, elle souhaiterait venir voir nos projets d'un peu plus près... Sinon j'ai rencontré des personnes travaillant à l'Agence Spatiale Européenne. Ils peuvent fournir des images satellites de la Chine et peuvent faire des analyses du couvert végétal... Cela pourrait nous être utile sur nos projets pour mieux connaitre l’évolution de la forêt dans les zones où nous intervenons.
Enfin, j'ai fait la connaissance de Abhishek Goyal du Gold Standard (l’organisme qui valide les réductions d’émissions de carbone de nos projets), nous avons eu un échange très cordial. Une équipe plus importante sera là dans les jours qui viennent. Nous avons déjà pas mal parlé des projets d’ID ainsi que du projet Carbone Rural de l’AFD sur lequel ID apporte une assistance technique.

Par ailleurs, je présente nos projets en cours, biogaz au Guizhou et au Yunnan et le projet de cuiseurs à bois économes que nous souhaiterions lancer en 2010.

Je compte participer à de nombreux "side events" dont je vous parlerai au cours des jours à venir.

Au niveau des négociations internationales, ça a l'air plutôt bien parti. Entre autres, JL Borloo a pris la parole pour annoncer que la France allait réduire de 30% ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020. Le compte rendu d’une discussion qu’il a eue avec des ONG est en lien ci-dessous.

Bon je vais me coucher car j'étais réveillé a 4h du matin et là il est déjà plus de 11h du soir... Avec le décalage horaire, cela fait beaucoup de fatigue !

Olivier
Pourquoi aller à Copenhague ?

Olivier, pourquoi vas-tu à Copenhague?

Je vais à Copenhague pour représenter Initiative Développement dans le cadre du groupe Climat et Développement de Coordination Sud. Ce groupe rassemble des ONG de développement et des ONG environnementales. Ce sont les pays en développement qui vont subir le plus durement les conséquences de la pollution engendrée par les pays du Nord depuis l’ère industrielle.

Quel message les ONG de développement vont-elles porter?

Pour nous il y a trois priorités pour l’accord de Copenhague :

1- Le soutien financier aux pays du Sud n’est pas une question de charité, il s’agit d’assumer la responsabilité historique des pays du Nord dans le réchauffement climatique. Donc ces nouveaux fonds doivent venir s’ajouter à l’Aide Publique au Développement déjà versée aux pays du Sud pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

2- Que la justice sociale soit placée au même niveau que la justice climatique : les populations les plus vulnérables vont ressentir d’avantage les effets du changement climatique, il faut donc veiller à l’équité du futur traité. Le futur traité devra donner aux pays du Sud les moyens d’être une force de proposition.

Les politiques publiques mises en place pour lutter contre le changement climatique doivent aussi promouvoir un développement qui n’aggrave pas les inégalités sociales, l’insécurité alimentaire, les migrations forcées et la surexploitation des ressources naturelles.

Vas-tu avoir l’occasion d’exposer les projets d’ID en Chine?

Nous n’allons pas exposer directement nos projets au cours des grandes réunions, par contre, le sommet est l’occasion de nombreuses rencontres informelles où ID pourra parler de ses projets actuels et futurs.

Par ailleurs, à Copenhague, l’avenir des Mécanismes de Développement Propre (la "finance carbone") va être discuté. Pour les pays du Sud et les ONG (et autres acteurs) qui souhaitent conduire des projets qui permettent à la fois la réduction des émissions de carbone et le développement, cette source de financement est indispensable.
Nos projets biogaz améliorent la qualité de vie des populations rurales avec lesquelles nous travaillons, ils contribuent à la fois au développement de populations défavorisées et à la protection de l’environnement. Nous sommes donc pleinement concernés par l’avenir des Mécanismes de Développement Propre.

Qu'attendent les ONG telles qu’ID de cette Conférence internationale?

Nous attendons un accord réellement ambitieux et juste pour faire face au changement climatique. Si les décisions appropriées (et les actions qui en découlent) ne sont pas décidées maintenant nous allons tous en subir les conséquences et principalement les plus pauvres qui ont par ailleurs peu de moyens pour s’adapter.

Initiative Développement - id.chine@id-ong.org
Login  Password